Sissi, ils s’aiment …

Afin de rester encore un peu dans une ambiance festive, on va se péter de la crinoline, des carrosses et du bouquet de roses en veux-tu en voilà. Sissi et François-Joseph, de la valeur sûre depuis 1955.

Le film commence par une vision idyllique des Alpes bavaroises : ça pioupioute, tout le monde éclate de rire bruyamment en se mettant les poings sur les hanches, hahaha, mais lol, quoi, la vie c’est trop chouette au pays de Ricola. Sissi déboule sur son canasson (elle a l’air de tenir à moitié la route, d’ailleurs) et va s’occuper de son petit faon apprivoisé, Xavier. Normal.

La proposition malhonnête

Soudain, paf ! sorti de nulle part, la reine-mère annonce qu’elle a choisi, sans rien demander à personne, la petite Hélène, la sœur de Sissi, comme future femme pour son fiston l’empereur François-Joseph. Ça s’agite dans tous les sens, la môman, Hélène et Sissi s’embarquent pour la cour. Sissi, qui se fait chier comme un rat mort, décide d’aller pêcher et, dans un geste aussi maladroit qu’improbable (aucune ligne de pêche n’est aussi longue), elle pécho l’empereur qui passait par là. Hahaha, mais quelle ironie, trop drôle. C’est le coup de foudre et du coup, ils vont à la chasse ensemble. Mon Dieu, que tout cela est bucolique. Lors d’une petite pause très naturelle, Sissi joue de la cithare sur un tronc, François-Joseph en culotte de peau négligemment penché sur elle, tenant son gros fusil. « Mon dessert préféré, c’est la crème fouettée. » « Incroyable ! Moi aussi ! » Du dialogue de haute tenue, à prendre au premier degré, pasque sinon, au deuxième, on pourrait imaginer des choses pas correc.

Le bal

Alors que Sissi et François-Joseph se regardent déjà avec les yeux de l’amoûûûûr, la pauvre enfant réalise que sa sœur est promise à l’empereur, et se retire dignement, histoire de pas lui planter son coup. Mais le François-Joseph, il a décidé de se marier la petite jeune. Lors du bal, il annonce donc tout-à-trac que c’est elle qu’il va épouser, orchestrant là un vent historique à la pauvre Hélène qui fait genre même pas mal.

Le mariage

Sissi retourne dans ses Alpes bavaroises et, puisqu’elle va partir vivre à Vienne, libère tous ses adorables pitits nanimaux apprivoisés. Qui vont donc mourir de faim ou servir de casse-croûte au premier clébard venu, sympa. La future impératrice arrive à Vienne dans un bateau ridicule façon La Croisière s’amuse et s’installe à Schönbrunn, youpi. Dès l’arrivée, ça commence à mal se mettre avec la belle-doche. Mais heureusement, ce benêt de François-Joseph est là à la regarder d’un air niais, ouf, ben tout va s’arranger, alors. Arrive enfin la cérémonie de mariage : François-Joseph est déguisé en sapin de Noël, Sissi en pièce montée, c’est de toute beauté.

Tout cela se termine sur des Alléluia.

Ouééééé.

Caroline Huyghues

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s