La Saint-Valentin, fête de l’amoûûûr

La fête des amoureux contemporaine, avec son cortège de cœurs, de fleurs et de parfums a une origine floue. Voire très floue. Voire complètement merdique, n’ayons pas peur de le dire.

Les origines de la Saint-Valentin sont plutôt confuses. La vie de Saint Valentin de Terni n’a pas grand-chose à voir avec les choses de l’amour (pour un saint catholique, en même temps, c’est un peu normal, ils sont pas réputés pour avoir eu des vies très youpitralalapouêtpouêt). Il a été proprement zigouillé par décapitation après avoir répondu à l’empereur Claude II qui lui demandait ce qu’il pensait des dieux Jupiter et Mercure « Ils ont été des misérables et ont passé toute leur vie dans les voluptés et les plaisirs du corps » Ouhlàlà, pas bien. Quand je vous disais qu’il était pas très pump it up, le gars. Saint Valentin de Terni n’a jamais été vraiment considéré au sein de l’église catholique, puisque celle-ci l’a carrément viré de son répertoire en 1969 (un peu la lose quand même). Il en reste malgré tout une prière, assez folichonne : « Accordez-moi votre assistance pour que les ténèbres de mon cœur puissent entrevoir la lumière de l’amour et du bonheur. » Amen.

Une origine plus olé-olé

À Rome se tenaient le 15 février les Lupercales ou fête de Faunus, le dieu de la fécondité. À cette occasion, les prêtres sacrifiaient un bouc et fabriquaient des lanières avec sa peau. D’accord. Ensuite, les prêtres couraient tout nus autour du Palatin en frappant les femmes qu’ils croisaient avec les fameuses lanières, ce qui était sensé leur apporter la fertilité et une grossesse heureuse. Bienbienbien. Mais on est bien d’accord que, à part la date proche, rien à voir avec la choucroute de la fête des amoureux.

Une origine plus bucolique

L’explication la plus plausible (et encore) est que l’origine de la Saint-Valentin remonte au XIVe siècle en Angleterre. On pensait en effet à l’époque que le 14 février était le jour où les oiseaux s’accouplaient. Pour quelle raison, mystère et boule de gomme, basé sur quoi, on en sait rien de rien. Mais toujours est-il que le 14 février est devenu la fête des amoureux et que je te regarde dans le blanc des yeux, et que je t’envoie des mots doux et patin couffin parce que les oiseaux faisaient des cochonneries. Ben voyons. Et du coup, comme le 14 février était la date de la décapitation du Valentin, bé voilà.

Donc, je résume :
un saint pas très rock n’ roll, un bouc mort, des prêtres tout nus et des piafs portés sur la chose, et nous voilà avec la fête des amoureux. Sérieux, si on vous la fête pas, je crois que c’est pas trop grave, du coup.

Caroline Huyghues

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s